15 avril 2011

Fédération

Mission de la Fédération: Coordonner l’ultimate au niveau provincial

Historique

L’ultimate est joué à Montréal depuis le début des années 1990, à Québec depuis la fin des années 1990, à Trois-Rivières, Sherbrooke et Rimouski depuis les années 2000. Des associations régionales ont été créées afin de mieux gérer les ligues et d’offrir de meilleurs services aux membres de leur région. En 2007, ces associations étaient matures, elles développaient des visions à long terme qui allaient au-delà de leur ligue et région et certaines avaient des employés.

Pendant toutes ces années et jusqu’en 2007, l’ultimate était géré au Québec que par des associations régionales. Il n’y avait pas d’organisme provincial d’ultimate pour la seule raison que la communauté avait toujours vécu sans elle.

En 2005, des visionnaires ont organisé des réunions afin d’enclencher la création d’une fédération pour regrouper les associations au niveau québécois. Deux ans plus tard, le 17 mai 2007, la Fédération québécoise d’ultimate (FQU) tenait sa première assemblée générale à Trois-Rivières. Elle adopta alors ses premiers règlements généraux ainsi que sa mission actuelle. À cet époque, le sigle FQU n’avait encore aucune signification pour la grande majorité des joueurs d’ultimate du Québec et elle restait encore à définir même aux yeux des associations.

L’année 2007-2008 a vu la création du blogue fqultimate.blogspot.com, du Cicuit québécois d’ultimate 4 contre 4 qui classe les équipes participantes aux tournois de l’hiver et du Championnat québécois d’ultimate 7 contre 7 qui remplaçait les régionaux, tournoi de qualification pour les Championnats canadiens pour la “région” du Québec. Ces activités ont donné une certaine visibilité à la FQU et surtout ont démontré qu’elle peut agir comme espace de création.

De 2007 à 2011, les énergies de la Fédération québécoise d’ultimate étaient orienté vers la reconnaissance du Ministère de l’éducation des loisirs et des sports du Québec. Au cours de ces quatre années, les règlements généraux, le document de sécurité et de nombreux autres documents ont été mis sur pieds et adoptés par la Fédération. La plus grande réussite de la FQU a été de rapprocher les associations québécoises et d’encourager la coopération, la bonne communication et la bonne entente entre elles via de nombreuses réunions, assemblées en direct ou par Internet. Puis, en avril 2011, après 4 ans de travail, la Fédération québécoise d’ultimate a obtenu la reconnaissance officielle du MELS ce qui signifiait le début d’une nouvelle ère pour le développement de l’ultimate au Québec.

Les années 2011 et suivantes seront celles qui verront naître et se développer la pratique de l’ultimate en dehors des villes universitaires (c’est déjà commencé avec Granby, Gaspé, Mont-Tremblant, Val d’Or) et bien sûr le développement de la pratique de l’ultimate chez les jeunes notamment avec les Jeux du Québec et la séparation de la catégorie junior aux Championnats Canadiens en deux : masculin et féminin. Peut-être aussi vera-t-on la première équipe québécoise à représenter le Canada aux Championnats du monde des nations en 2016?