Entrevue du lundi avec Marie Charbonneau-Genest de Trois-Rivières

L’ultimate est de plus en plus populaire chez les jeunes et en particulier dans les écoles secondaires du Québec. Afin de mieux connaître ce mouvement, la Fédération québécoise d’ultimate a décidé de faire revivre les entrevues du lundi mais cette fois en s’intéressant à ceux et celles qui le commencent tôt dans leur vie. Ainsi, au cours des prochaines semaines, nous publierons des entrevues réalisées avec des juniors qui représentent nos espoirs de demain. Un joueur et une joueuse ont été choisis par association.

Cette semaine, nous interviewons Marie Charbonneau-Genest de Trois-Rivières.


FQU: À quel âge, où, avec qui et comment avez-vous commencé à jouer au ultimate?

MCG: J’ai commencer à jouer à l’âge de 13ans (secondaire 2), Je jouais à la ligue de Trois-Rivières et dans mon équipe scolaire. J’ai commencer à jouer parce que toute ma famille avait jouer à l’école. Je jouais le plus souvent avec mon frère ou avec Antoine Bordeleau-Landry.

FQU: Qu’est-ce que vous appréciez de l’ultimate ?

MCG: Ce que j’apprécie le plus dans le frisbee c’est que tu peux toujours continuer de performer. J’aime l’ambiance que le milieu du frisbee m’apporte. Je trouve que c’est différent des autres sports et je trouve ça agréable. Le fait qu’il n’y ait pas d’arbitre est très agréable parce que tu as un importance particulière sur le jeu.

FQU: Quels sont vos objectifs? Vos ambitions?

MCG: J’aimerais vraiment faire partie de l’équipe Canada junior, je vais travailler fort pour avoir mes chances cette année mais si je ne réussis pas cette année je vais garder cet objectif pour dans 2 ans, j’ai encore beaucoup de temps. Mes ambitions pour cet été sont de jouer en division femmes compétitif soit au niveau junior ou senior et d’aller aux Championnats canadiens d’ultimate.

FQU: Pour quelle équipe aimeriez-vous jouer dans 5 ans?

MCG: Dans 5 ans, j’aimerais jouer pour Capital ou l’équipe qui va être rendu la meilleure équipe dans la division femme du Canada.

FQU: Quel joueur ou joueuse d’ultimate a été ou est un bon modèle pour vous? Pourquoi?

MCG: Mon frère, Antoine Genest, est mon modèle depuis que j’ai commencé à jouer au Frisbee. C’est lui qui m’a tout montré et je lui en dois beaucoup. Je le considère comme mon coach privé et je sais qu’il va toujours être là pour m’encourager et me donner des conseils. Il réussit toujours à me crinquer!

FQU: Dans quel programme d’étude étudiez-vous? Quel métier voulez-vous faire plus tard?

MCG: Je suis en secondaire 5 dans le programme d’éducation international et ce que je veux faire plus tard est encore un mystère!

Consultez les autres entrevues du lundi.