Entrevue du lundi avec Carl Lalancette (Volleyball)

De plus en plus de QuébécoisES pratiquent l’ultimate. Mais qui sont tous ces joueurs? D’où proviennent-ils? Sans négliger le développement junior des dernières années, on s’initie à l’ultimate assez tard en général, pendant les années universitaires ou même après. Pour certains, l’ultimate est un premier sport et permet de rester actif. Pour d’autres, l’ultimate représente une deuxième carrière sportive… Or, depuis quelques années, on rencontre fréquemment ces athlètes des autres sports qui se sont transformés en joueurs et joueuses d’ultimate.

Au cours des prochaines semaines, nous publierons des entrevues réalisées avec des joueurs qui ont pratiqué un autre sport avant l’ultimate. Cette semaine, nous interviewons Carl Lalancette de Québec.

Question 1 : Quel sport de haut niveau autre que l’ultimate avez-vous pratiqué dans votre vie? Avec quel club? Quel niveau de compétition avez-vous atteint? Décrivez une de vos bonnes performances!


J’ai joué au basket-ball au secondaire (1993-1997) pour ensuite faire le ”saut” en volleyball de compétition de 1998 à 2005. J’ai débuté dans le AAA au cégep de Jonquière pour être recruté par le R&O à l’université. Au cours de ces années, j’y ai joué du volley de haut niveau, ayant la chance d’échanger le ballon contre de grosses équipes d’un peu partout dans le monde (Ouest Canadien, États-Unis, Europe). J’avais un coach qui aimait bien nous ”challenger” en nous donnant l’occasion de voyager (Hawaii, Chicago, Hollande) tout en pratiquant notre sport. Le plus haut niveau que j’ai atteint dans ce sport est l’équipe nationale universitaire, en 2003, où j’ai eu l’occasion de participer aux Universiades (compétition internationale d’été) à Daegu en Corée du Sud. Petit vidéo des cérémonies d’ouverture :

Universiade – Daegu – Opening II

Je n’étais pas supposé jouer comme ”partant” à cette compétition puisque le gars au même poste que moi mesurait 6’10” et venait de l’Ouest, ce qui lui donnait 2 bonnes raisons de me devancer…le volley-ball national n’échappant pas à la ”game” politique! Bref, le destin faisant bien les choses pour moi, ce gars s’est malheureusement infligé une blessure sérieuse à la cheville lors du premier match de la compétition, ce qui m’octroya le poste de partant pour le reste de la compétition. Lors de mon premier départ, contre la Grèce, j’ai joué mon meilleur match à vie avec 23 attaques marquantes dans un gain en 4 sets…un bon souvenir j’en garderai!

Question 2 : Qu’avez-vous apprécié le plus dans cet autre sport?

Le sport tout simplement. Pour moi, ça reste encore le plus beau sport à jouer et à regarder…je suis un peu biaisé, mais il faut admettre que c’est un jeu rapide, intense, qui mixe hauteur, force, précision, tactique et finesse, un sport qui m’impressionne toujours!

2008 Olympic Volleyball Highlights

Question 3 : Qu’est-ce qui vous a amené à jouer au ultimate?

Curieusement, c’est l’architecture. Voyant ma carrière de volleyeur se terminer vers la fin de l’université, je cherchais de nouveaux défis sportifs à relever. C’est alors qu’une amie, Andréanne Gaudet pour ne pas la nommer, m’a demandé si je voulais remplacer dans son équipe, qui se nommait ”les plats de plastique” si ma mémoire est bonne. Dès lors, de fil en aiguille, j’ai fait mon petit bonhomme de chemin dans ce nouvel univers qui, pour moi, devenait mon espèce de ”rebond” du volley-ball de compétition!

Question 4 : Qu’est-ce que vous appréciez de l’ultimate?

Les belles filles, le bon vin, la bière d’après-match, la camaraderie hors terrain(soirée de poker ou autre), les voyages que ça occasionne, la rencontre de personnes intéressantes et j’oubliais…les dive/catchs, les layoutD, courir après un frisbee flottant et bien sûr, sauter par-dessus tout l’monde pour faire un catch dans la zone! 😉

Question 5 : Quels aspects de l’ultimate pourrait-on améliorer?

Je suis assez mal placé pour répondre à cette question puisque je m’implique moi-même très peu…donc je dirais plutôt que je trouve que les personnes qui sont en place et bénévolement de surcroît, font une job incroyable pour aider au développement de ce sport auprès des jeunes, des écoles, des nouvelles recrues ainsi que de la reconnaissance du ultimate comme fédération auprès des différents paliers.


Pour consulter les autres entrevues.