Cal State 08: Un début difficile pour Furious George

Bonjour tout le monde,

J’ai pris un peu plus de temps que prévu pour vous écrire, la vie n’étant malheureusement pas toujours orientée vers le Ultimate!

Il faut surement être un peu cinglé pour acheter un billet d’avion vers San Francisco et partir en Californie l’histoire d’un weekend. Et bien nous, joueurs de Ultimate, le sommes! Santa Cruz est une petite ville située à environ 1hre et demi au sud de San Francisco. Elle est l’hôte, année après année, de 2 tournois de haut niveau: Cal State en mai et Labour Day en septembre. Labour Day est un tournoi de préparation pour les Fall Series alors que Cal State est plutôt un réchauffement de début de saison. Pour Furious George, Cal State représentait les essais-libres pour 8 joueurs hors-province non confirmés pour les Mondiaux. Heureusement pour moi, je ne faisais pas parti du lot.

La Californie est vraiment un endroit idéal pour vivre. La mer, le climat et les meilleures équipes de Ultimate. À Santa Cruz, les 3 se rencontrent sur des terrains magnifiques, mais surtout étonnant par leur situation. En effet, les 8 terrains surplombent l’océan du haut de la montagne et donne l’impression de jouer dans le bleu infini de la rencontre entre le ciel et la mer. Très particulier et unique pour un tournoi de Ultimate.

Je pourrais vous faire le résumé match par match du tournoi, mais je ne crois pas que ca serait intéressant. D’ailleurs, tous les résultats sont sur le UPA Score Reporter. Si vous avez des questions spécifiques, je me ferai un plaisir d’y répondre en commentaire. Je vous ferai plutôt part de mes impressions et du fonctionnement d’une équipe comme Furious Georges.

Je suis arrivé le premier sur le terrain samedi matin. Nous avions un bye pour le premier match et comme je ne connaissais pas beaucoup les gars de Furious, je préférais aller voir Gen qui jouait la première case horaire. Ce n’est pas facile d’arriver comme un cheveu sur la soupe au sein d’une nouvelle équipe. Les gars se connaissent depuis longtemps, mais ils ont surtout un humour anglais auquel je n’ai jamais vraiment su m’adapter. Je demeure cependant la minorité et n’ai pas bien le choix de trouver leurs blagues et sarcasmes amusants!

FG est une équipe bien rodée et sérieuse: 1 heure avant le match, on commencait un léger réchauffement avant le warmup officiel et surtout, on passait en revue tous les jeux et les stratégies puisque 11 d’entre nous étions nouveaux. Les jeux avaient été préalablement envoyés et nous devions tous les savoir par coeur. Seul quelques subtilités ont été expliquées ainsi que le mode d’appel des jeux. Sur ce point, Furious possède un système pas mal compliqué. Notre livre de jeux pour le weekend comprennait 7 audibles (Planet, Wide, Iso, Middle, Apple, Tree, Easy) qui, lorsque l’on prend la première lettre de chaque jeu, forment le mot PWIMATE (n’importe quoi finalement). Pendant le point, le handler peut appeler un chiffre de 1 à 7 correspondant aux sept lettres du mot et donc du jeu associé à cette lettre. (ex: 1 correspond à la première lettre du mot, donc P qui représente le jeu Planet.) Personnellement, je ne vois pas vraiment l’utilité d’un système qui complique la vie des receveurs beaucoup plus qu’il ne les aide. Je n’étais par contre pas là pour donner mon opinion, mais plutôt pour jouer et prouver qu’ils ont eu raison de me prendre sur l’équipe.

À ce sujet, je dirais que je n’ai pas connu mon meilleur weekend de Ultimate. D’abord, j’ai vite réalisé que chaque joueur était selectionné pour une raison bien précise. Dans mon cas, cette raison est bien sûr la défensive. Par contre, quand je dis défensive, je ne veux pas seulement dire jouer sur la ligne défensive, mais plutôt obtenir des “D”. À chacune de mes présences sur le jeu, j’entendais toujours les capitaines me dire: “Eric, that would be a good time to get one.” ou encore “We need it Ric and that’s the reason you’re here for.” Assurément, si vous ne tolérez pas jouer sous la pression, ce n’est pas une bonne place pour vous. Normalement, je répond assez bien à cette pression, mais, pour de multiples raisons, ca a été plus difficile pour moi ce weekend-là.

Le tournoi avançait et je n’avais toujours aucune “D”. Je voyais mon temps de terrain diminuer de match en match passant de 1 point sur 3 ou 4 à 1 point sur 5 ou 6. Étant habitué de jouer 1 point sur 2 avec Mephisto, je trouvais le temps plutôt long. Je n’étais pas dans une position pour me plaindre parce que d’abord, je ne jouais pas super bien et que deuxièment, il y avait plusieurs autres joueurs pour prendre ma place. Cependant, il faut apprendre de ces moments-là. Il faut garder le focus et demeurer dans le match. Il faut aussi aider ses coéquipiers à partir des lignes de côté et encourager l’équipe. Ce n’est surtout pas le moment pour s’apitoyer sur son sort et s’isoler dans un coin! C’est vraiment ce qui fait la différence entre les excellentes équipes et les bonnes équipes. Tous le monde s’implique peu importe leur rôle dans l’équipe. De plus, tous respectent le leadership et acceptent leur sort. C’était dur de ne pas jouer beaucoup et de regarder l’action des lignes de côté. Je devais cependant me rendre à l’évidence: ce jour-là, j’étais plus utile comme 2e ou 3e remplaçant que comme joueur de premier plan. Un autre jour sera peut-être différent et j’en serai le seul responsable!

J’ai quand même connu de bons moments pendant la fin de semaine. Quelques gros attrapés et un seul revirement. J’ai aussi eu mon lot de défensives silencieuses, c’est-à-dire empêcher mon joueur d’optenir le disque tout au long du point. C’est toujours très bon, mais comment moins spectaculaire qu’un plongeon ou un bloc avec la main ou le pied. J’ai aussi eu la chance d’affronter de nouveaux joueurs avec des styles différents et des stratégies nouvelles. Le jeu de l’ouest étant beacoup plus axé vers le huck que le contrôle du disque. Les points sont généralement plus court et le nombre de passes moins élévés. Les joueurs sont aussi beaucoup plus athlétiques et sérieux que dans l’est. Il est clair que les joueurs des grosses équipes comme Sockeye, Revolver ou Jam s’entraînent continuellement et très fort pour leur saison de ultimate. Ils sont excessivement en forme et sa transparaît dans la vitesse du jeu.

Mon prochain tournoi avec Furious George aura lieu les 12 et 13 juillet prochain à Seattle. Ce sera mon deuxième et dernier tournoi avec eux avant le début des championnats du monde. Pour Team Canada, ce tournoi sera l’occasion de renouer avec la victoire et de déclarer au monde que nous serons prêt à défendre notre titre en août.

Bon début d’été et à bientôt,

Eric